Les sentiers de la montagne

L’élève demande au Maître :

  • comment savoir si l’on est sur le véritable chemin ?

- on ne le peut, répond le Maître, il n’y a pas de véritable chemin. Deux sentiers mènent à la montagne. le premier est long et sinueux, le second est plus direct, lequel prendrais-tu ?

- le second, Maître.

- le second n’est pas le bon chemin.

- Devrai-je prendre le premier ?

- Le premier n’est pas le bon chemin.

L’élève ne comprend pas, alors le Maître rajoute :

- Le novice doit prendre le premier pour apprendre à connaître la montagne. L’initié le second, car il ne doit pas se disperser. Le confirmé doit reprendre le premier, pour garder l’esprit du débutant. Le gradé le second, pour aller à l’essentiel. L’expert pourra s’aventurer hors sentier.

Et le maître ne prendra pas le premier, ni le second, parce qu’il est lui même la montagne

Texte de Maruku S. Tous droits réservés. 2001

Le sommet de la montagne

Un jeune élève demande un jour au Maître :

  • Maître, serai-je maître à mon tour lorsque j’aurai atteint le sommet de la montagne ?

- Non, répond le maître.

- Alors, serai-je maître à mon tour lorsque je connaîtrai tous ses sentiers ?

- Non plus, répond le maître.

- Maître, quand pourrais-je devenir maître à mon tour ?

- Lorsque tu connaîtras ses sentiers, tu iras au sommet…commence à répondre le maître.

- Deviendrai-je alors maître ? interrompt l’élève impatient.

- Non, répond encore le maître d’une voix calme, lorsque tu seras au sommet, tu verras l’horizon…

- Deviendrai-je alors maître ?

- Non, répond le maître toujours aussi calme, lorsque tu verras l'horizon, il te faudra redescendre. Et tu pourras alors commencer à chercher ta propre montagne…

Texte de Maruku S. Tous droits réservés. 2001

Le long chemin

L’élève demande au Maître :

  • La route parait très longue, Maître. Aurai-je le temps de la parcourir dans ma vie ?

- Non, répond le maître.

- Ainsi, répond l’élève en soupirant, il est trop tard pour moi.

- Ce n’est pas cela, réplique aussitôt le maître. Même le vieillard qui s’y aventure a suffisamment de temps.

- Alors, comment dois-je faire pour la parcourir ? interroge l’élève plus enthousiaste.

- Tu ne pourras pas la parcourir, répond le maître, non pas parce que la route est longue, mais parce qu’elle est sans fin.

Et le maître poursuit:

- Voyager vite ne sert alors à rien. Voyage plutôt pleinement, et vie chaque instant présent. C'est seulement ainsi que tu pourras t'accomplir sur le chemin.

Texte de Maruku S. Tous droits réservés. 2001

Bon Maître, bon élève

L’élève demande au Maître :

  • Comment faire pour devenir un bon maître ?

- Les bons élèves font les bons maîtres…, répond aussitôt le maître.

- L’élève réfléchit quelques instants et poursuit :

- Ne doit-on avoir que de bons élèves ?

- Ce n’est pas cela, répond le maître. L’élève reste l’élève, qu’il soit bon ou mauvais.

- Alors, doit-on rendre bons tous les mauvais élèves ?

- Ce n’est pas cela, répond le maître, le mauvais élève peut rester un mauvais élève.

- Ne doit-on garder que les bons élèves ?

- Ce n’est pas cela, répond encore le maître, les bons maîtres ont parfois de mauvais élèves.

- Comment alors savoir si je serai un bon maître ?

- Ce que tu seras, sera, répond le maître en souriant. C’est ce que tu es aujourd’hui, qui deviendra.