On utilise bien souvent le terme de «technique de base » qu’il faut saisir dans le sens «technique pour comprendre la base ». Ces techniques contiennent en filigrane la trace de leurs ancêtres JUTSU.

N’oublions pas que leur but est différent, et qu’à ce titre leur travail doit mener le pratiquant non vers une opposition effrénée, mais vers une harmonisation avec le partenaire, avec la nature. La différence entre une technique Jutsu et une technique Aikido n’est pas née d’une évolution subtile, ni d’une différenciation laxiste, mais de l’expression d’un but et d’une finalité différente.

La technique d’Aikido est une technique initiatique à l’union, c’est à dire qui se fait avec le partenaire, et non contre lui. Elle possède son propre centre qui n’est ni celui de Tori, ni celui d’Uke. Pour y parvenir, il faut que les énergies de chacun soient respectées. C’est pour cette raison que jamais il ne doit y avoir de compétitions en Aikido, y compris pour des besoins financiers ou olympiques.

Pour découvrir ces lois, l’Aikido dispose d’un répertoire technique impressionnant. Tous les plans énergétiques sont exploités. Tout est mis en oeuvre pour mettre le pratiquant en échec chaque fois qu’il veut transformer son travail en épreuve de force. Tout est mis en oeuvre pour lui faire comprendre que chaque fois qu’il veut terrasser son partenaire, il créé une opposition qui n’existait pas et qu’il ne pourra surmonter. Il est bien connu, que dans ce type de travail conflictuel, un débutant solide peut mettre en échec un expert, ce qui est fondamentalement aberrant. A ce type de situation, beaucoup ont répondu, soit en conditionnant le débutant, soit en dénaturant l’Atémi, soit par une escalade physique sans fin.

Les techniques sont donc destinées à faire évoluer le pratiquant vers un travail de remise en question systématique et non vers un travail de recherche de puissance d’efficacité. Elles sont l’outil nécessaire à la compréhension et à la réalisation de la finalité. Elles doivent donc à tout moment être en parfaite cohérence avec elle.

Les Armes sont utilisées en Aikido pour comprendre la notion d’Atémi, et permettent la progression dans la construction des techniques. Elles ne représentent en aucun cas un objectif principal, ni un but dans la pratique. Le Boken devrait amener par sa pratique à améliorer la construction des techniques d’Aikido ( Shio Nage, Ikkyo etc.) dans leur forme et dans leur direction. D’autre part, le Boken étant un prolongement de la main du pratiquant, son exercice affine la notion de distance (avec ou sans contact des armes) et d’Atémi (projection de l’intention de l’esprit).