Pour faire cette étude, nous avons étudié les Aikitaiso de Maître Tamura, dans leur forme et leur chronologie. Il y a deux raisons à cela :

  • Nous pensons que ce Maître dispense un enseignement à base religieuse.
  • L’atout majeur de ce type d’enseignement est la rigidité de transmission, perpétuant sans interprétation de quiconque, une forme stricte et originelle. Nous sommes donc devant une suite d’exercices qui possèdent sans nul doute une raison primordiale et profonde.

Primordiale, car précédant tout exercice d’Aikido, et profonde car issue d’une somme d’expériences d’hommes très évolués physiquement et spirituellement. Nous avons démontré auparavant que l’Aikido est une pratique essentiellement énergétique.

Les Aikitaiso, sont une préparation visant à la mise en conformité énergétique du pratiquant pour le travail énergétique qui va suivre : l’Aikido

L’énergie est définie par la somme de sa qualité et de sa quantité.

Cette préparation s’effectue en trois temps :

  • Travail sur la qualité de l’énergie.
  • Travail sur la quantité de l’énergie.
  • Evaluation « test » de l’union de ces deux axes de travail.

Et suivant deux principes :

  • L’esprit fournit l’énergie (Ki).
  • L’esprit meut le corps (Corps qui véhicule cette énergie de l’esprit).

Avant tout exercice en commun, il convient d’être propre. L’hygiène (pragmatique) ou la purification (terme religieux) : consiste, comme on lave son corps tous les matins, à se laver également l’esprit : ( Balayer le tapis : balayer les poussières de l’esprit). Cette phase se situe avant tout entraînement dans le Dojo.

Travail statique sur la qualité énergétique : (sur l’Esprit)

Un esprit agité, confus, angoissé, vaniteux signe une certaine qualité énergétique (Shisei). Or nous avons vu qu’il existe deux moyens d’action pour calmer l’esprit (terme pragmatique) ou le purifier (terme religieux) :

  • La respiration ( lâcher prise ).
  • L’exercice de l’Aikido ( Travail somato-psychique ).

La préparation au niveau qualité énergétique va donc être assurée par les Aikitaiso respiratoires.

Travail dynamique sur la quantité énergétique : ( par le Corps)

En Aikido la quantité énergétique n'est pas synonyme de stockage, mais de quantité circulante ( pouvoir vital ). Pour augmenter la circulation d’énergie, il faut que l’esprit en fournisse en abondance. Il faut donc envoyer beaucoup de Ki (terme pragmatique) ou exercer une intention mentale forte (vivre intérieurement l’événement : terme religieux ). Exemple : exercice du rameur.

Les Aikitaiso dynamisants la circulation énergétique sont à considérer comme amorçant une véritable pompe énergétique.

Evaluation et « test » de cette préparation

L’énergie est la somme, l’union de cette qualité ( travail sur l’esprit) et de cette quantité (travail par le corps). Cette préparation doit donc se conclure par une évaluation de cette cohésion chez le pratiquant. L’union de la qualité et de la quantité, de l’action de l’esprit et de celle du corps, se nomme l’union de l’esprit et du corps. (Spirituellement du Ciel (esprit) et de la Terre (corps) = verticalité)

Le pratiquant se tient donc naturellement comme un trait d’union entre ciel et terre : vertical (terme pragmatique) purifié (terme religieux). C’est ce que Maître Tamura nomme « l’attitude juste » qui doit être comprise non seulement sur le tapis, mais dans la vie quotidienne. (Nichijo no taido)

Plusieurs exercices à deux, reprenant le début de quelques techniques d’Aikido sans chute, permettent cette évaluation et objective le taux d’union esprit-corps d'Uke et de Tori. Il est très important de commencer par les exercices respiratoires (qualitatifs, esprit) avant tout travail quantitatif (corps) car c’est l’esprit que l’on unit au corps et non l’inverse.

La verticalité (pragmatique) ou « la Paix de l’Esprit » selon Maître Tamura. Un esprit calme, calme le corps qui trouve alors une position naturelle en accord avec la pesanteur : verticale.