Ces considérations ne sont pas fausses. Si le mouvement est juste, son rythme est juste. Cela ne veut pas dire que le travail technique précis prédispose au rythme juste. Le travail de la technique est une contrainte de la pensée sur le corps, nécessaire et inévitable au début de la pratique. Le travail du rythme relève du contraire, c’est à dire d’une libération du système volitionnel (volontaire) de la pensée agissant sur le corps, lui permettant ainsi d’exprimer son propre rythme, qui est vertical.

Une technique peut se penser, se prévoir, se calculer, mais son rythme ne sera jamais juste. Même si cela paraît très rapide, c’est en fait très lent car l’espace temps nécessaire à ces types de fonctionnement met le corps irrémédiablement hors du rythme. Une action ou technique qui se fait en pensant est hors rythme. Une action ou technique machinale, est morte.

Si on laisse son Boken tomber naturellement, on trouve son rythme naturel. Si on descend le bras par une action volitionnelle forte, donc musculairement, le mouvement sera plus rapide, mais dans l’absolu. Cet absolu satisfait l’ego mais rarement les situations réelles qui sont toujours relatives.

En relatif, le mouvement naturel est plus rapide, car l’espace temps décisionnel est absent. Le rythme naturel étant le plus rapide, il ne sert donc à rien de modeler et travailler les techniques face à des attaques de plus en plus rapides. Plus on cherche à être rapide, plus on s’éloigne du rythme naturel, juste.

Le rythme en fait ne se travaille pas, il se révèle. C’est donc bien un moyen d’évaluation. En tant que moyen d’évaluation, il agit donc à deux niveaux :

  • La personne est hors du rythme. Cela signifie qu’elle est encore dans la phase de conduction, d’apprentissage, et sous la contrainte du corps par l’esprit. L’évaluation de cette personne en Aikido passe par l’examen précis de l’exécution de ses techniques. (Ier et IIéme Dan)
  • La personne possède un rythme. Elle dans la phase d’induction et commence à appliquer l’Aikido. (Niveau 3éme Dan)

L’absence de rythme s’assimile à l’apprentissage ( Conduction ). Sa présence signe la mise en application de l’apprentissage ( Induction ). Le Rythme interne et externe trahit le niveau technique et spirituel du pratiquant. Plus ce rythme est lent, plus il émane d’un niveau technique et psychique élevé.