Il n'a pas mis en avant les principes propres à chaque Budo individuellement (Aikido, Judo, Kendo, Karaté, etc) mais a plutôt clarifié un principe sous-jacent commun à tout style de Budo. Il disait que pendant l'époque Meji, le Ju-jitsu a été dépassé par l'évolution du temps parce que le Ju-jitsu ne concernait que des techniques conçues pour amener la victoire dans une bataille. Il s'est rendu compte que l'avenir nécessitait la victoire sur soi-même et disait que son Judo était une méthode pour cultiver son esprit; une méthode pour s'entraîner, basée sur le principe qui dérive des résultats des recherches sur le mécanisme de la victoire et de la défaite. A la base, le Principe du Judo est le suivant:

1) Le Principe de la Posture Naturelle (Concernant la Position)

C'est important de se mettre dans une position depuis laquelle on peut facilement à la fois de défendre et attaquer, independamment de la situation.

Une réaction et un mouvement initial rapides sont essentiels pour la victoire. Dans le Judo, indépendamment de l'attaque de l'adversaire, on doit être dans une position qui permet une réaction rapide et immédiate. Une "position naturelle" satisfait exactement ces critères; il s'agit de de se placer en position debout ou à genoux, le dos droit. Dans le monde du Budo, cette position est appelée "la position de la non-posture". Elle est souvent mentionnée dans l'histoire du Ju-jitsu, qui s'est séparé du Sumo des Samuraï pour devenir un sytème de styles de combat à part. Donc, être capable de se déplacer rapidement en position debout ou assise (à genoux) est la base fondamentale. Par conséquent, la première chose à faire est d'apprendre les techniques de "Tsugi ashi" et "Shikko", les déplacements de base debout et à genoux.

- Pratiquer les 8 mouvements de déplacement. Ne pas se laisser repousser sur une ligne droite, mais plutôt tirer diagonalement vers l'arrière.

- Pratiquer le retournement par l'avant et par l'arrière en position debout et à genoux.

2) Le Principe du Yawara (Concernant la Défense)

Peu importe la puissance de l'attaque de l'adversaire, ne pas résister, mais plutôt rendre cette puissance inutile en l'évitant.

Il y a deux exemples principaux de Yawara dans lesquels on ne contre pas l'attaque de l'adversaire avec la résistance, mais plutôt on rend cette attaque inutile sans utiliser la force.

- Suivre la direction de la force de l'attaque de l'adversaire dans une situation de saisie

- Se déplacer et parer les frappes, coups de poing, coups de pied et coupes de l'adversaire quand il y a une certaine distance entre les deux.

En principe, les deux exemples ci-dessus sont identiques, l'idée est d'aspirer l'énergie de l'adversaire, de rediriger sa force tout en suivant cette dernière plutôt que d'y résister. Hélas, pour être capable d'appliquer cela avec succès, il faut apprendre d'autres facultés: Metsuke (le regard correct pour être au clair sur la situation dans son ensemble), Ma-ai (la capacité de garder et d'estimer la bonne distance) et Tegatana (l'utilisation correcte du couteau de main). Le Ju-jitsu est devenu populaire au début de la période Edo. On disait que la maîtrise des techniques de Ju-jitsu signifiait que l'on pouvait être totalement invulnérable contre n'importe quelle attaque, en n'utilisant que ses mains nues. Hélas, une telle prétention serait illusoire sans avoir auparavant maîtrisé à fond les techniques de Taisabaki, d'évitement. En conclusion, le plus important fondement du Judo est donc le principe du Yawara.

3) Le Principe du Déséquilibre (Concernant l'Attaque)

La victoire sur un adversaire peut être atteinte soit en rompant son équilibre, soit en l'obligeant à se raidir, en plantant trop lourdement son pied au sol.

Voici le principe à l'aide duquel une puissance plus faible peut prendre le dessus d'une puissance plus grande. Il est plus important de déséquilibrer l'adversaire que de simplement appliquer une technique. C'est facile de rompre l'équilibre d'une personne debout, cela peut être fait dans 8 directions. La direction la plus simple pour ce faire est le long de la ligne qui passe au milieu des deux jambes. Afin d'effectivement rompre l'équilibre d'un adversaire, il est important d'apprendre comment utiliser le mouvement de son corps entier plutôt que de simplement pousser et tirer avec la force musculaire. L'efficacité de ceci peut être mesurée en termes de vitesse et d'amplitude du mouvement. Quand quelqu'un se trouve déséquilibré vers l'avant, il va normalement essayer de compenser cette perte d'équilibre, et cette réaction facilite ensuite de le déséquilibrer vers l'arrière. C'est vrai aussi pour la situation inverse. Ce déséquilibre par l'utilisation de la réaction de l'adversaire est appelée "Hando no Kuzushi". Il y a deux méthodes principales pour rompre l'équilibre de l'adversaire.

- En utilisant les revers ou les manches de l'adversaire dans une situation de saisie

- En utilisant le menton, le coude ou le poignet au moment d'entrer en contact avec lui, ou en le saisissant.

Jigoro Kano a gardé l'ancien Koshiki no Kata (21 techniques) du Ju-jitsu Kito ryu, parce qu'il était d'avis que ce Kata exprimait clairement les principes les plus essentiels de l'ancien Ju-jitsu qui sont devenus collectivement "Le Principe du Judo"; le principe de la posture naturelle, le principe du Yawara et le principe du déséquilibre. Ainsi, en pratiquant le Koshiki no Kata, on devrait pouvoir acquiérir un peu de l'essentiel du Judo. Contrairement à ce que l'on pourrait s'attendre, il n'y a pas de projections qui utilisent les pieds ou les hanches, en fait il y a même quelques saisies et des coups dans le Kata. Ainsi, on doit apprendre comment se déplacer tout en gardant une position naturelle, et comment utiliser les changements de rythme et le mouvement du corps afin d'atteindre la victoire dans une compétition.

Dans son ouvrage intitulé "La signification du Judo et le but de l'entraînement", Jigoro Kano dit: "Le Principe du Judo ne va jamais périr, car rien de ce que j'ai enseigné ne contient pas ce Principe qui m'a été enseigné moi-même et par l'usage duquel toute personne peut améliorer sa technique. Si vous trouvez une technique que j'ai enseignée qui ne correspond pas au Principe, alors c'est que je l'ai mal enseigné.e"

Ceci montre que Kano était un homme humble qui ne s'était pas enorgueilli avec ses propres performances. C'était un homme qui avait un oeil sur l'avenir. Il était convaincu que son Principe fondamental auquel il était arrivé par une analyse scientifique était d'une importance capitale. On peut dire aussi que le même principe était la base pour le travail de Kenji Tomiki pour créer un système de compétition dans l'Aikido.