Bien sûr martialement parlant le message de Ueshiba est une utopie, car préserver son adversaire est quelque chose de très difficile. Il faut avoir un niveau bien supérieur au sien pour le faire sans danger. Il est bien plus facile de détruire son adversaire. Il est d'ailleurs significatif que ce type de pratique se développe surtout dans les pays "sûrs" dans les catégories de population les moins susceptibles de subir des agressions. Mais c'est la plus belle des utopies. Celle qui parfait l'être humain. Et celui qui cherche l'efficacité la trouvera aisément dans l'Aïkido s'il sait lire entre les lignes… Les racines du bujutsu sont encore très proches! Il n'y a pas de grosse différence technique entre le jujutsu Daito Ryu et l'aïkido, sauf que si le jujutsu vise à détruire l'adversaire, l'aïkido vise à détruire l'attaque en essayant, autant que faire se peut, de préserver l'adversaire. C'est une utopie, mais elle est de celles qui changent le monde. Je crois que son héritage est aussi important que ceux que nous ont légués Gandhi ou Martin Luther King. Sans doute même plus car elle se passe d'explications. Le pratiquant lambda qui vient s'inscrire dans un dojo d'Aïkido y vient généralement pour des raisons assez triviales. Il cherche à se détendre, se remettre en forme, apprendre à se défendre, etc… Petit à petit et sans qu'il s'en rende compte la pratique le changera. De façon relativement superficielle en améliorant sa santé, en le distrayant, mais surtout au plus profond de lui-même. Cours après cours il fait face à des attaques et apprend à y répondre par la non-opposition. Entraînement après entraînement il applique des techniques empreintes de compassion face aux attaques qu'il subit. C'est tout naturellement que ce comportement déteindra sur chaque acte de sa vie quotidienne, faisant de lui un homme qui développe son potentiel en intégrant une éthique humaniste.

L'Aïkido est critiqué en raison de ses attaques irréalistes. Et c'est justifié. Si l'attaque est incorrecte la réponse est sans intérêt puisqu'elle se fonde sur un postulat faux. Par contre la critique est souvent mal dirigée. Généralement ce sont les formes des attaques, les frappes à mains ouvertes ou les saisies, qui sont critiquées. Hors ces attaques correctement réalisées sont très efficaces. Le problème vient en réalité de leur exécution. Si les frappes des pratiquants d'Aïkido font rire ceux de Karaté ce n'est pas par leur forme car ils utilisent aussi les attaques à mains ouvertes. Simplement les frappes sont faites en s'exposant et à une distance incorrecte, les saisies sont réalisées à partir de positions vulnérables, etc… Mais surtout, toutes ces attaques sont faites en tension. La tension rend le geste visible, lent, totalement inefficace. Sans compter qu'on rentre alors dans un monde de compétition de force.

Les saisies figées en force sont une autre spécificité ridicule de l'Aïkido. Une saisie en force ne permet pas de sentir ce qui se passe dans le corps du partenaire. Elle ne permet de contrôler qu'un segment infime de son adversaire et en aucun cas de l'empêcher de frapper. Elle ralentira aussi tout mouvement de celui qui l'exécute. C'est une façon d'attaquer qui s'est développé peu à peu sur la base d'une incompréhension et qui n'existe dans aucune autre discipline. La non-compétitivité de l'Aïkido est une de ses richesses. Mais en dehors d'un enseignement clair et précis elle donne lieu à des dérives de ce type. Celui qui cherche une cohérence martiale doit comprendre que s'il avait à se battre, ce type de réaction serait suicidaire.

Si on étudie aussi cette discipline dans son contexte d'origine il est évident que toutes les saisies du kimono devaient être légères. Un kimono est un vêtement très délicat qui était décousu avant d'être rangé. L'unique couture qui retenait la manche à la veste se déchire à la moindre utilisation de force. Une saisie légère comme celles de Tamura senseï ou Kuroda senseï leur permet de sentir, contrôler et annuler le moindre geste de l'adversaire.

J'ai toujours considéré que les budo, et plus particulièrement l'Aïkido, étaient les pratiques martiales qui devraient être les plus répandues. Nous n'avons jamais autant eu besoin de méthodes d'éducation efficaces qu'aujourd'hui où règnent l'argent et l'individualisme. Le respect de soi et des autres qui sont la base des budo est une valeur en voie d'extinction…